Le diagnostic d’une inflammation aiguë des petites bronches

Débutant par un rhume, suivi d’une toux sèche évoluant vers une toux de plus en plus grasse, la bronchiolite est une inflammation aiguë des petites bronches qui touche les enfants jusqu’à l’âge de 2 ans. Pouvant aboutir à une détresse respiratoire, cette maladie virale doit être traitée au plus tôt.

La mise en évidence d’une inflammation aiguë des petites bronches

L’inflammation aiguë des petites bronches, qui est également nommée bronchiolite, évolue à partir d’une rhinite virale, causée par le virus respiratoire syncitial. Cela se poursuit par des épisodes de toux sèches, qui devient de plus en plus chargée en glaire. Cela est causé par une sursécrétion au niveau de la muqueuse des voies respiratoires et engendre des difficultés respiratoires. Le diagnostic médical de la bronchiolite du nourrisson se base commence ainsi par l’analyse comportemental du bébé et de la manifestation des gênes respiratoires. L’auscultation des poumons permet de déceler les sifflements et les crépitements, et doit être suivi d’une radiographie pulmonaire, afin d’écarter les risques d’infection pulmonaire. A noter qu’un bébé contaminé par le VRS présente aussi des difficultés à s’alimenter et des états d’épuisement, dus à la gêne respiratoire.

Que faire en cas d’inflammation aiguë des petites bronches ?

Le premier réflexe à avoir est de bien aérer la chambre du bébé qui présente une inflammation aiguë des petites bronches. Il est également essentiel de lutter contre l’obstruction des voies respiratoires, en utilisant du sérum physiologique, surtout avant les repas. En surélevant l’oreiller du bébé de 10 à 30° C durant son sommeil, l’on facilite aussi sa respiration. Un avis médical permet de bénéficier d’une kinésithérapie, permettant de faire sortir les sécrétions qui encombrent les poumons.

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: